Archives du mot-clé Vendômois

Un nouveau maraîcher bio en Vendomois

Un nouveau maraîcher bio vient de s’installer en Vendômois. Barthélémy Carroué, 24  ans, exploite depuis cet été une parcelle à Pezou, secondé par ses deux juments percheronnes.

Il ne pensait pas possible de s’installer en maraîchage sans être issu du milieu agricole. Pourtant, Barthélémy s’est lancé l’été dernier,  sur une parcelle mise à disposition par la mairie de Pezou. Après son BTS gestion et protection de la nature, option animateur nature, Barthé a suivi une formation BPREA en maraîchage biologique à Areines ainsi qu’une formation en traction animale à Amboise. Et tout s’est enchaîné…

«Le terrain m’a été mis à disposition fin juin, c’était un peu tard pour faire une vraie première saison, mais c’est un début», explique-t-il.  En parallèle d’une activité salariée, Barthé n’a pas ménagé sa peine pour mettre en culture la parcelle (située juste à côté de la gendarmerie) en prairie depuis de nombreuses années, aidé de ses deux juments percheronnes, qui débutent également dans le métier. Engagé pour une future certification Bio, Barthé consacre le temps nécessaire à ses plantations, binette en main.

maraîcher bio
Barthélémy Carroué, maraîcher à Pezou. Photo @ B. Simon

Pour cette première année d’exploitation, Barthé distribue des paniers de légumes par le bouche à oreille et fournit le GAC de Vendôme le jeudi soir et bientôt la « Ruche qui dit oui » qui se met en place à Villiers. «En débutant en juillet, sur un sol non préparé, en pleine sécheresse, je n’ai pas pu produire tout ce que j’aurais souhaité, mais cela n’a pas si mal marché  !»

Melons, tomates, courgettes, salades, épinard, bettes, choux, poireaux (3 000 !), mesclun, betteraves, navets, piments, aubergines, concombres, haricots… pour certains c’est bien entendu fini et pour d’autres, la saison bat son plein. Pour l’année prochaine, Barthé promet des herbes aromatiques, des petits fruits, et de nombreux légumes. «Je vais faire en sorte de proposer des légumes rares, très diversifiés».

Sa motivation ?  Travailler avec les animaux (il a en tête d’engager d’autres « auxiliaires »), mettre au point ses propres techniques de maraîchage, faire des recherches et développer son outillage.

maraîcher bio
Bathélémy Carroué et une de ses juments. photo @DR

«En France, on a un problème avec la traction animale, qui est souvent considérée comme un retour en arrière, alors que bien menée, elle peut être efficace et performante. Et travailler avec des chevaux, c’est tout autre chose que monter dans son tracteur.»

Voisin de Noël Gauthier et ex stagiaire de la ferme du Petit Pont à Azé, Barthé entretient de bonnes relations avec ses collègues maraîchers du Vendômois. Et nourrit de nombreux projets parallèles à la production : «proposer des animations en direction des scolaires, faire découvrir la traction animale»

Barthélémy Carroué, © photo B. Simon
Barthélémy Carroué, © photo B. Simon

Contact : Barthélémy Carroué au 07 86 97 65 24